Archive pour le mot-clef ‘crash’

paintings-with-a-hidden-agenda-tply

Paintings with a Hidden Agenda

Crash signe son retour avec ”Paintings with a Hidden Agenda”, titre étrange qui laisse planer un mystère sur le contenu d’œuvres encore plus colorées, plus flashy, plus flamboyantes que les précédentes. Crash aurait-il ainsi l’intention de nous faire part d’un  secret ? De son secret ? Peut être restitue-t-il le contexte humain qui a engendré le Graffiti en retranscrivant plastiquement ses réponses : ”medium is the message”. Toujours réalisé au spray aérosol, le travail de Crash conserve ce ton  subversif qui fait du Graffiti le dernier mouvement artistique et définitivement le plus révolutionnaire de la fin du Vingtième siècle. Une fois de plus, l’artiste répond aux détracteurs du Street Art qui s’interrogent encore sur la légitimité “d’enfermer” le Graffiti dans un espace clos.

Exposition “Paintings with a Hidden Agenda”
Du 25 mars au 06 mai 2011
Vernissage le vendredi 25 mars de 18h00 à 21h00
Addict Galerie - 14/16, rue de Thorigny - 75003 Paris
http://www.addictgalerie.com
http://www.crashone.com

crash

Crash

«Personne n’imagine un monde où la passion brûlante  cesserait de nous troubler…». La pin-up doit son nom au fait qu’originellement elle est une petite créature, une image, destinée à être punaisée (to pin =épingler). Un geste décoratif mais dont le but reste une excitation du coin de l’œil et dont l’épingle, la piqûre a son rôle à jouer… Dans la série actuelle des collages, on aperçoit quelques figures inachevées déployées sur la surface de la feuille, on y reconnaît des silhouettes animales, humaines, végétales, érotiques, parfois en pelotes indémêlables, parfois en lignes brisées, interrompues dans leurdésir de représentation. Ces éclats de formes sont tous issus de mangas japonais -bande dessinée populaire au graphisme variable,impeccable ou volontairement maladroit. «Notre corps nous propose une algèbre qui ne comporte aucune solution. ». Même si ces figures flottent dans le vide, elles ne sont pas moins recousues entre elles. Provenant d’auteurs, de livres, de graphismes, de genres tous différents, la recomposition de ces  éclats est un collage de formes afin de présenter une nouvelle anatomie où la narration n’a pas de place, mais plutôt où s’exhibe une forme de poésie courte, indépendante comme une figure de pin-up juste livrée au regard.

Exposition “Crash”
Jusqu’au 27 novembre 2010
Galerie des Bouchers - 9, rue des Bouchers - 59000 Lille
http://www.9ruedesbouchers.com
http://www.smalticolor.com

crash

Tin Machines

John -Crash- Matos est un des pionniers du Street-Art. Né dans le Bronx en 1961, il appose sa marque sur les trains de New York dès l’âge de 13 ans. Il s’agit alors pour lui, comme pour les autres graffeurs, de diffuser le plus largement possible son blaze : Crash. Cet art “underground” a acquis sa reconnaissance dans le monde de l’art lorsque Crash laissa les murs et les trains pour exposer chez Sidney Janis et à la galerie Real Art Ways aux côtés de Jean-Michel Basquiat et Keith Haring. C’est alors la naissance du Post-graffiti : la transposition du graffiti des trains aux cimaises…

Exposition “Tin Machines”
Du 30 janvier au 04 mars 2010
Addict Galerie - 14/16, rue de Thorigny - 75003 Paris
http://www.addictgalerie.com
http://www.crashone.com

Whole in the wall

Dans la lignée de ses précédentes expérimentations, la galerie Helenbeck présente Whole in the Wall : Un événement historique réunissant cinq des plus grands noms du graffiti New-Yorkais. Crash, Quik, Blade, Sharp et le fameux JoneOne exposent leurs œuvres des années 70 à la fin des années 2000 et prennent quartier en France, dans trois lieux différents, de Paris à Nice. Allez-y plusieurs fois, chaque exposition évolue constamment !

“Whole in the wall” - Jusqu’au 1er mars 2009
- Galerie Gismondi - 20, rue Royale - Paris 8ème
- Galerie Helenbeck - 17, rue des beaux-arts - Paris 6ème
- Galerie Helenbeck - 6, rue Defly - Nice
http://galeriehelenbeck.blogspot.com